Tags Posts tagged with "médicament"

médicament

L’Uppsala Monitoring Centre (UMC) en collaboration avec l’OMS vient de lancer une application mobile qui permet de noter ses effets secondaires et d’en parler avec son médecin traitant. Découverte

On n’arrête plus ces derniers temps avec la pharmacovigilance et les nouveaux outils média. A l’ère du numérique et dans un but de sensibiliser encore plus le grand public sur le rôle et l’intérêt de la pharmacovigilance, l’UMC soutien opérationnel des programmes internationaux de pharmacovigilance de l’OMS depuis plus de 40 ans, met à disposition du grand public l’application mobile Take & Tell.

Cette application disponible en 3 langues (anglais, espagnol et français) permet aux patients de noter les éventuels effets secondaires suspectés avec la prise du médicament et d’en parler à son médecin traitant. L’intérêt est de discuter avec lui des mesures qu’il faut prendre.

IMG_3667

L’usage de l’application est simple : des émoticônes, un corps humain, des parties du corps humain, un champ libre pour le texte, sauvegarde et partage par mail.

IMG_6712IMG_6756

IMG_6718

Pour aller plus loin, une icône information vous renvoie sur le site web

Take &Tell comportant un :

  • un clip vidéo sur un rythme soul rappelant les étapes : je prends un médicament, je note et j’en parle

  • les définitions de la pharmacovigilance, effet secondaire et pourquoi il est important de signaler les effets secondaires
  • les questions les plus fréquemment posées
  • l’accès libre à la base de données internationales des effets indésirables des médicaments : VigiAccess
  • le rôle de l’UMC

C’est mieux qu’un carnet de notes, une application simple et utile pour ne rien oublier et en parler sereinement à son médecin.

Disponible sur l’Apple Store

Disponible sur GooglePlay

Apple_Google425

Pour aller plus loin:

– Site de l’UMC

Une pharmacovigilance « discréditée »

La pharmacovigilance est une vieille discipline dont on parle beaucoup ces derniers temps car liée systématiquement à ce  que l’on qualifie dans les médias  de « scandales sanitaires ». Inutile de rappeler ces derniers dossiers « chauds » tels que le Médiator, les pilules contraceptives, Diane 35 ou la vaccination contre l’hépatite B car la liste pourrait être longue.

PharmacoVigilance Pour Tous est né il y a environ  deux ans sous la forme de Scoopit, outil de veille,  permettant de sélectionner les articles relatifs à la pharmacovigilance ( alerte, recommandations, retrait du marché etc… ) issus des sites de la presse grand public ou spécialisée, des sites  institutionnels (ANSM, HAS, Ministère de la Santé…) et de les diffuser sur les réseaux sociaux notamment Twitter. Il ne s’agit pas d’une revue exhaustive mais plutôt d’une sélection d’informations utiles et pertinentes sur les actualités pharmacovigilance, médicament ou santé publique.

Un dispositif national pas très bien connu et pourtant…..

Il existe  des dispositifs institutionnels tels que le site de  l’ ANSM (Agence nationale de sécurité pour le médicament) ou le site entièrement dédié au médicament géré par le Ministère de la Santé (medicament.gouv.fr). Ces sites diffusent  des informations à l’attention des professionnels de santé et des usagers sur le circuit du médicament, la pharmacovigilance et autres informations utiles sur le bon usage. Néanmoins, cela reste toujours assez flou de s’y retrouver sur ces sites, pour de nombreuses raisons: trop réglementaire, trop scientifique pour les non initiés, trop riche en information pas claire.…..

Une aide dans cet univers par une passionnée de cette discipline malgré les temps qui courent….

« PharmacoVigilance Pour Tous  » qui n’a pas la prétention de se substituer aux sites institutionnels, ni de tout vous révéler sur la pharmacovigilance mais plutôt d’être un site informatif à l’attention des professionnels de santé et des usagers.

Il est possible de consulter des rapports sur les effets indésirables suspectés des médicaments…

Il s’agit d’une base méconnue du grand public et des professionnels de santé, fonctionnelle depuis Mai 2012,  gérée par l’agence européenne (EMA) et mise en place dans le cadre de la transparence souhaitée en pharmacovigilance. Cette base est d’accès gratuit et devrait contenir à terme tous les rapports sur les effets indésirables susceptibles d’être liés à l’utilisation du médicament et rapportés avec les médicaments autorisés dans la Communauté Européenne.

Capture d’écran 2014-09-03 à 15.11.25

Pour les médicaments autorisés via la procédure centralisée (AMM européenne), l’accès aux rapports est possible à la fois par le nom du médicament ou par le nom du principe actif. Pour les médicaments autorisés par une voie autre que celle de la procédure centralisée, l’accès est possible seulement par le nom du principe actif.

Un guide utilisateur permet de comprendre les rapports d’effets indésirables.

See on www.adrreports.eu

C’est parti pour la 4ème édition de la semaine de sécurité des patients, opération annuelle de sensibilisation auprès des professionnels de santé et des usagers, se déroulant dans toutes les régions de France du 24 au 28 novembre 2014 .

L’édition 2014 met à l’honneur le thème qui porte sur la coordination des professionnels de santé pour la sécurité des patients en ville, à l’hôpital et en médico social avec 3 sous thèmes:

■ « médicaments : ayons les bons réflexes » pour faire progresser leur bonne utilisation par les patients et pour garantir la sécurité de la prise en charge médicamenteuse par les professionnels

■ « accompagnons les traitements » pour informer sur leur maniement parfois complexe, avec l’exemple de la chimiothérapie par voie orale

« partageons les informations » pour contribuer à la qualité et à la continuité de la prise en charge des patients, avec l’exemple de la lettre de liaison ville – hôpital

Les « flyers » et des affiches sont téléchargeables sur le site du Ministère.

Bonne semaine !

Source: www.sante.gouv.fr

Presque passé inaperçu et pourtant….

L’agence européenne (EMA) vient de lancer une phase pilote incluant les patients dans le processus d’évaluation du rapport bénéfice risque des médicaments au sein du Comité des médicaments de l’agence (CHMP). L’objectif de ce projet est d’enrichir l’évaluation scientifique du médicament en étant à l’écoute des préoccupations des patients et de leur expérience.

Le Comité assure comme à l’accoutumée l’évaluation initiale du dossier et dans le cadre de cette phase pilote, le patient sera invité à émettre son point de vue sur le médicament quand le Comité émet des doutes. Le patient pourra également donner son avis quand le Comité des médicaments envisage de suspendre, retirer, modifier ou restreindre une indication d’une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM).

Cette phase pilote doit permettre d’explorer comment le patient peut être intégré dans le processus d’évaluation des médicaments au Comité des médicaments (CHMP) et de manière plus globale dans les activités de l’EMA.

Déja à l’épreuve….

La phase pilote a débuté avec l’afamelanotide, indiqué dans une maladie sanguine génétique rare (la protoporphyrie eythropiétique), responsable d’une intolérance totale à la lumière. Cette pathologie concerne 5000 à 10000 patients dans le monde et aucun traitement n’est autorisé. Au cours du comité de Septembre, deux patients atteints de cette maladie étaient présents et ont pu partager leurs expériences de vie et répondre aux questions des experts.

Cette phase pilote va durer un an pour permettre une évaluation complète de la faisabilité de ce projet et un rapport sera produit à la fin de la phase pilote.

Ce projet s’inscrit dans le programme de travail du Comité des médicaments (CHMP) et de la volonté de l’EMA d’impliquer les acteurs du système dans l’évaluation. Les patients sont déja impliqués dans d’autres comités de l’agence (pharmacovigilance, médicaments orphelins, pédiatrie….)

Pour aller plus loin:

Communiqué EMA

 

Le prix du médicament est un sujet qui fait débat, revenant régulièrement dans l’actualité soit avec les prix excessifs des nouveaux traitements innovants mis sur le marché soit par la disparité des prix d’un pays européen à l’autre. Dans ce contexte, le LEEM (les entreprises du médicament) lance une nouvelle campagne d’information à visée pédagogique et grand public  sur la fixation du prix du médicament en France.

Cinq épisodes permettent de comprendre :

–  à quoi correspond le prix du médicament? (épisode 1)

– qui fixe le prix ?(épisode 2)

– comment sont évaluées les données? (épisode 3)

– comment évoluent les prix du médicament avec le temps ?(épisode 4)

– quel est le modèle économique de l’industrie pharmaceutique? (épisode 5)

 

LEEM : http://www.leem.org/webserie/prix/

 

Pour aller plus loin:

– Site medicament.gouv.fr : Prix et taux de remboursement

 

Réécouter l’émission sur France Culture et allez à la rencontre du:

– Pr Elisabeth Elefant, médecin embryologiste, responsable du CRAT (Centre de Référence des agents tératogènes) qui se consacre spécifiquement à l’action des médicaments pris chez la femme enceinte.

– Dominique Gras, neuropédiatre et maman

Médicaments permis ou médicaments interdits durant la grossesse – Sciences – France Culture.

Les personnes âgées, en particulier si elles sont atteintes d’une ou plusieurs pathologies, prennent souvent de nombreux médicaments. Quelles sont les principales erreurs à éviter ? Les conseils du Dr Christophe Trivalle, gériatre à l’Hôpital Paul Brousse (Villejuif, APHP).

 

See on Scoop.itPharmacoVigilance….pour tous

EVELYNE PIERRON‘s insight:

ITW réalisé par JP Rivière (Vidal) du Dr Christophe Trivalle, gériatre

Les risques de la prise de médicaments chez la personne agée sont à prendre en compte et à connaitre.

 

Tony explique à Max le danger que représente les faux médicaments et pourquoi ils mettent en danger nos vies. Les principaux thèmes abordés traitent de ce qu’est la contrefaçon de médicaments, l’ampleur du phénomène, la problématique Internet, et bien sûr les solutions. Une façon ludique et complète d’être informé sur ce qui représente une menace pour la santé publique mondiale. Laissez-vous guider par Tony.

L’Union européenne (UE) a mis en place un nouveau processus pour l’identification des médicaments faisant l’objet d’une surveillance renforcée de la part des autorités de santé européennes.

Ces médicaments sont décrits comme étant sous «surveillance supplémentaire et sont identifiés par un triangle noir inversé.

A propos

Communiquer sur le sujet simplement et en dehors de ma casquette professionnelle me tentait depuis longtemps. Ce site Pharmacovigilance Pour Tous est le fruit...