EUROPE : La pharmacovigilance à l’écoute des réseaux sociaux

EUROPE : La pharmacovigilance à l’écoute des réseaux sociaux

L’agence anglaise (MHRA) a annoncé hier sur son site sa participation à un consortium européen incluant les autorités européennes, les institutionnels et l’industrie pharmaceutique, à un projet d’une durée de  3 ans afin de développer de nouveaux outils pour recueillir les effets indésirables.

Ce projet européen qui porte le nom de code WEB-RADR est une réponse à une large utilisation des smartphones, des applications mobiles et des réseaux sociaux pour échanger des informations santé. Une application mobile à l’attention des professionnels de santé et du grand public devrait voir le jour. Cette application permettrait de rapporter les effets indésirables liés aux médicaments aux autorités de santé nationales et européennes.

Par ailleurs ce projet européen prévoit que cette application serve aussi de plateforme permettant d’envoyer rapidement des informations sur les médicaments précises ainsi que les mises à jour aux patients, professionnels de santé et aux personnels soignants.

WEB-RADR aidera à développer des recommandations pour les autorités de santé et l’industrie pharmaceutique afin de pouvoir intégrer ces nouveaux outils  aux systèmes existants.

Ce projet est porté par l’IMI (Innovative Medicines Initiative), issu d’un double partenariat public et privé entre la Commission Européenne (CE) et la Fédération Européenne de l’industrie pharmaceutique (EFPIA).

Pour aller plus loin:

Communiqué de presse du MHRA

site IMI